Index du Forum


FORUM DES TRAVAILLEURS, RETRAITES DU GROUPE SONATRACH ET LEURS AYANTS-DROIT

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privés Se connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Notre page FaceBook

CORAN
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet    Répondre au sujet     Index du Forum ->
FORUM DES RETRAITES SONATRACH
-> Divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
rahan
Membres de confiance

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2015
Messages: 174
Localisation: SUD
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon
Point(s):: 132
Moyenne de points: 0,76

MessagePosté le: Mer 4 Mar - 14:42 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

http://quranbysubject.com/category.php?category=010120ed-3e40-11e4-8652-000…
Les membres suivants remercient rahan pour ce message :
Admin (04/03/15), (17/03/15)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Mar - 14:42 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
rahan
Membres de confiance

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2015
Messages: 174
Localisation: SUD
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon
Point(s):: 132
Moyenne de points: 0,76

MessagePosté le: Jeu 5 Mar - 09:47 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

Tres bon masshaf en pdf.

http://adf.ly/1MLxJ2
Les membres suivants remercient rahan pour ce message :
Admin (05/04/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mar 2 Juin - 20:41 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LES REPETITIONS DE MOTS DANS LE CORAN 
Mises à part les caractéristiques miraculeuses que nous avons passées en revue jusqu'ici, le Coran contient aussi ce que nous pouvons appeler des "miracles mathématiques". Il y a beaucoup d'exemples de cet aspect fascinant du Coran. L'un de ces exemples, est le nombre de récurrence de certains mots. Quelques-uns de ces mots, liés entre eux, sont répétés le même nombre de fois. Ci-dessous une liste de ces mots et du nombre de fois où ils sont réitérés. 
 La formulation "sept cieux" (sab'a samawaat) est répétée sept fois. "La création des cieux" (khalq al-samawaat) est elle aussi répétée sept fois. 
SEPT CIEUX 
LA CREATION DES CIEUX 
 
7 fois 
7 fois 
 
 
 "Jour" (yawm) est répété 365 fois au singulier, alors que sa forme plurielle et duelle (jours) (ayyaam et yawmayn) sont toutes les deux répétées 30 fois. Le mot "mois" (chahar) quant à lui est répété 12 fois. 
JOUR 
JOURS 
MOIS 
yawm 
ayyaam, yawmayn 
chahar 
365 fois 
30 fois 
12 fois 
 
 Le nombre de fois où les mots "plante" (nabat) et "arbre" (chajar) est répété est le même : 26 fois. 
PLANTE 
ARBRE 
26 fois 
26 fois 
 
 Le mot "paiement ou récompense" (jazaa') est répété 117 fois, alors que le mot "pardon" (maghfirah) qui est l'une des valeurs morales de base prônées par le Coran, est lui répété exactement le double : 234 fois. 
RECOMPENSE 
PARDON 
117 fois 
2x117=234 fois 
 
 Lorsque nous comptons le mot "dis" (qal), il apparaît 332 fois. Et nous en arrivons exactement au même chiffre lorsque nous comptabilisons la phrase "ils disent" (qalou)
DIS 
ILS DISENT 
332 fois 
332 fois 
 
 Les mots "monde" (dounia) et "l'au-delà" (akhira) sont répétés exactement le même nombre de fois, c'est-à-dire : 115. 
MONDE 
L'AU-DELA 
115 fois 
115 fois 
 
 Le mot "satan" (chaytan) est réitéré 88 fois, tout comme le mot "anges" (mala'ika). 
SATAN 
ANGES 
88 fois 
88 fois 
 
 Le mot "foi" (iman) (sans le génitif) est répété 25 fois à travers tout le Coran, tout comme l'est le mot "mécréance" (kouf). 
FOI 
MECREANCE 
25 fois 
25 fois 
 
 Les mots "paradis" (jannah) et "enfer" (jahannam) sont chacun répétés 77 fois. 
PARADIS 
ENFER 
77 fois 
77 fois 
 
 Le mot zakat est répété 32 fois, ainsi que le mot "bienfait" (baraka). 
ZAKAT 
BIENFAIT 
32 fois 
32 fois 
 
 L'expression "les vertueux" (al-abraar) est utilisée 6 fois alors que l'expression "les malfaisants" (al-foujjaar) est répétée deux fois moins à savoir 3 fois. 
LES VERTUEUX 
LES MALFAISANTS 
al-abraar 
al-foujjaar 
3 fois 
6 fois 
 
 Le nombre de fois où les mots "été-chaleur" (sayf-harr) et "hiver-froid" (chita'-bard) est répété est de 5 fois chacun. 
ETE-CHALEUR 
HIVER-FROID 
1+4=5 fois 
1+4=5 fois 
 
 Les mots "vin" (khamr) et "ivresse" (saqara) sont répétés chacun 6 fois. 
VIN 
IVRESSE 
khamr 
saqara 
6 fois 
6 fois 
 
 Le nombre d'apparitions des mots "intelligence" ('aql) et "lumière" (nour) est le même : 49 fois. 
INTELLIGENCE 
LUMIERE 
49 fois 
49 fois 
 
 Les mots "langage" (lisan) et "conseil" (mevize) sont tous les deux répétés 25 fois. 
LANGAGE 
SERMON 
25 fois 
25 fois 
 
 Les mots "faire le bien" (naf) et "corrompre" (fassad) sont chacun répétés 50 fois. 
FAIRE LE BIEN 
CORROMPRE 
50 fois 
50 fois 
 
 Les mots "récompense" (ajr) et "action" (fa'il) sont chacun répétés 107 fois. 
RECOMPENSE 
ACTION 
107 fois 
107 fois 
 
 "Amour" (al-mahabba) et "l'obéissance" (al-taa'ah) apparaissent aussi le même nombre de fois, c'est-à-dire 83 fois. 
AMOUR 
OBEISSANCE 
83 fois 
83 fois 
 
 Les mots "destination" (masser) et "pour toujours" (abadan) apparaissent le même nombre de fois dans le Coran, c'est-à-dire 28 fois. 
DESTINATION 
POUR TOUJOURS 
28 fois 
28 fois 
 
 Les mots "désastre" (al-moussiba) et "gratitude" (al-choukr) apparaissent 75 fois chacun. 
DESASTRE 
GRATITUDE 
75 fois 
75 fois 
 
 Les mots "Soleil" (chams) et "lumière" (nour) apparaissent dans le Coran, 33 fois chacun. 
- En comptant le mot "lumière", seules les formes simples du mot ont été incluses. 
SOLEIL 
LUMIERE 
chams 
nour 
33 fois 
33 fois 
 
 Le nombre de fois où les mots "droit chemin" (al-houdaa) et "miséricorde (al-rahma)apparaissent est le même, 79 fois. 
DROIT CHEMIN 
MISERICORDE 
79 fois 
79 fois 
 
 Les mots "ennui et détresse" (dayq) et "jouissance" (tamaniyye) sont chacun répétés 13 fois dans le Coran. 
SIKINENNUITI 
JOUISSANCE 
13 fois 
13 fois 
 
 Les mots "homme" (rajoul) et "femme" (mar'ha) sont répétés un nombre égal de fois : 23 fois. 
Le nombre de fois où les mots "homme" et "femme" sont chacun répétés dans le Coran est de 23 fois, et c'est en même temps celui des chromosomes de l'oeuf et du spermatozoïde dans la formation de l'embryon humain. Le nombre total de chromosomes humains est de 46 ; 23 provenant de la mère et 23 du père. 
Femme 
Homme 
23 fois 
23 fois 
 
 "Trahison" (khiyanah) est repris 16 fois, tout comme le mot "perfide" (khabith), 16 fois également. 
TRAHISON 
PERFIDE 
16 fois 
16 fois 
" Etre humain (insan) est écrit 65 fois : la somme du nombre de références aux phases de création de l'être humain est également de 65. Par exemple : 
ETRE HUMAIN 
insan 
65 
TERRE 
turabun 
17 fois 
GOUTTE DE SPERME 
noutfa 
12 fois 
EMBRYON 
alak 
6 fois 
UN MORCEAU DE CHAIR A MOITIE FORME 
mouthghah 
3 fois 
OSSATURE 
idham 
15 fois 
CHAIR 
lahm 
12 fois 
Total 
65 fois 
 
Le mot salaawaat apparaît 5 fois dans le Coran, et Dieu a ordonné à l'homme d'accomplir la prière (salat) 5 fois par jour. 
Le mot "terre" (barr, yabas) apparaît 13 fois dans le Coran et le mot "mer" (bahr) 32 fois, totalisant 45 références. Si nous divisons ce chiffre par celui du nombre de références à la terre nous arrivons à 28,888888888889%. Le nombre total des références à la terre et à la mer, 45, divisé par le nombre de références à la mer dans le Coran, 32, est de 71,111111111111%. Ce qui est extraordinaire, c'est que ces chiffres correspondent respectivement aux proportions exactes occupées par les terres émergées et les océans.252 
TERRE 
13 FOİS 
13/45=28,888888888889 
MER 
32 FOİS 
32/45=71,111111111111 
TOTAL 
45 FOİS 
%100 
 
 


 

 

 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
zakariash (02/06/15), ops4 (02/06/15), (02/06/15), moha61 (02/06/15), Admin (03/06/15), MED-KAMEL (03/06/15), babasalem (03/06/15), capricorne (03/06/15), mostafa (03/06/15), rahan (03/06/15), raffajd (01/07/15), Mengouchi (01/07/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mar 2 Juin - 20:51 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant


 

 
" HAMAN" ET LES MONUMENTS DE L'ANCIENNE EGYPTE 
Le Coran rapporte avec précision la vie du Prophète Moïse (psl). Tout comme il retrace le conflit entre Pharaon et les Enfants d'Israël, le Coran révèle des informations précieuses sur l'Egypte ancienne. La signification de nombre de ces faits historiques a attiré seulement récemment l'attention des érudits de ce monde. Si l'on considère ces points en faisant appel à notre raison, il devient très vite évident, que le Coran et la fontaine d'informations qu'il contient, ont été révélés par la sagesse de Dieu car il correspond aux découvertes scientifiques, historiques et technologiques contemporaines.
L'un des exemples de cette sagesse concerne les références coraniques relatives à Haman : un personnage dont le nom est mentionné dans le Coran, tout comme Pharaon. Il est mentionné en six endroits différents du Coran, et nous informe que c'était l'un des plus proches alliés de Pharaon. 
Curieusement, le nom de "Haman" n'est jamais mentionné dans les chapitres de la Torah se rapportant à la vie du Prophète Moïse (psl). Cependant, le nom Haman est évoqué dans les derniers chapitres de l'Ancien Testament, où il est présenté comme l'assistant d'un roi babylonien qui infligea beaucoup de souffrances aux Israélites, environ 1.100 ans après le Prophète Moïse (psl). Le Coran, beaucoup plus en accord avec les découvertes archéologiques, mentionne effectivement le nom "Haman" en référence à la vie du Prophète Moïse (psl). 
Certaines critiques émises par des non-musulmans à l'encontre du livre de l'Islam ont disparu suite au déchiffrement de l'alphabet hiéroglyphique égyptien, il y a approximativement 200 ans, et à la découverte du nom "Haman" dans les manuscrits antiques. Jusqu'au 18èmesiècle, les écritures et les inscriptions de l'Egypte antique ne pouvaient être décryptées. La langue de l'Egypte antique utilisait des symboles et non des mots : les hiéroglyphes. Ces signes qui permettaient de raconter des histoires et enregistraient des évènements importants de la même manière que le font les mots modernes, étaient habituellement gravés sur des roches ou des pierres et de nombreux exemplaires survécurent à travers les âges. Cependant, avec la propagation du Christianisme et d'autres influences culturelles au cours des 2ème et 3ème siècles, l'Egypte a abandonné ses croyances anciennes et l'écriture hiéroglyphique, synonyme d'un système de croyance éteint. La dernière utilisation connue de ce système d'écriture est attestée par une inscription datant de 394. Oubliés, les hiéroglyphes ne purent par la suite ni être lus ni compris par personne. Bien entendu, cela rendait toute étude archéologique et historique impossible. Cette situation dura jusqu'il y a environ 200 ans. 
Au grand bonheur des historiens et des érudits, le mystère de ces hiéroglyphes égyptiens antiques fut levé en 1799, grâce à la découverte d'une tablette appelée la Pierre de Rosette datée de 196 av. JC. L'importance de cette pierre résidait dans l'inscription qui se composait de trois formes différentes d'écriture : hiéroglyphique, démotique (une forme simplifiée de l'écriture hiératique égyptienne antique) et grecque. Ce fut à l'aide du manuscrit grec que ces écritures ont été décodées. La traduction de l'inscription a été effectuée par un Français du nom de Jean-François Champollion. Ainsi, à travers ces écritures furent mis au jour d'abord un langage oublié, puis des événements historiques. Ceci permit de jeter la lumière sur la civilisation, la religion et la vie sociale de l'Egypte antique et cette époque importante de l'histoire humaine.
Avec le décodage des hiéroglyphes, une partie importante de la connaissance a été révélée: le nom "Haman" était en effet mentionné dans des inscriptions égyptiennes. Ce nom a été attribué à un monument du musée de Hof à Vienne. Cette même inscription indiquait aussi la relation très étroite qui existait entre Haman et Pharaon.214 
Dans le dictionnaire People in the New Kingdom, basé sur l'ensemble des inscriptions, Haman est mentionné comme étant "le chef des carrières de pierre".215 
Le résultat a révélé une vérité très importante. Contrairement aux assertions infondées des contradicteurs du Coran, il est dit dans le Livre saint que Haman a vécu en Egypte pendant la période de Moïse, qui était un proche de Pharaon et qui a accompli des travaux de construction, tel qu'il est justement indiqué dans le Coran. 
Et Pharaon dit : "O notables, je ne connais pas de divinité pour vous, autre que moi. Haman, allume-moi du feu sur l'argile puis construis-moi une tour peut-être alors monterai-je jusqu'au Dieu de Moïse. Je pense plutôt qu'il est du nombre des menteurs." (Coran, 28 : 38) 
En outre, le verset coranique, décrivant l'événement relatif à la demande faite par Pharaon à Haman de construire une tour, est en conformité parfaite avec cette découverte archéologique. 
Miraculeusement, le Coran nous fournit une information historique qui ne pouvait ni être détenue ni comprise à l'époque du Prophète (psl). Les hiéroglyphes n'ayant pu être déchiffrés que vers la fin du 18ème siècle l'information ne pouvait donc être vérifiée à partir de sources égyptiennes. En conclusion, la découverte du nom Haman dans les écrits égyptiens antiques a encore une fois confirmé la nature infaillible du Coran, la parole de Dieu. 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
ops4 (02/06/15), Admin (03/06/15), babasalem (03/06/15), capricorne (03/06/15), mostafa (03/06/15), rahan (03/06/15)
Revenir en haut
inhad
Membres de confiance

Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2015
Messages: 91
Masculin
Point(s):: 32
Moyenne de points: 0,35

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 15:21 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

Le coran sur le bureau de votre PC
mms://50.22.223.13/maher
mms://50.22.223.13/basit
mms://50.22.223.13/minsh
mms://50.22.223.13/basit_mjwd
mms://50.22.223.13/frs_a
mms://50.22.223.13/radio

Quran radio dans votre smartphone
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.andromo.dev49095.app19278…
Les membres suivants remercient inhad pour ce message :
Admin (03/06/15), ops4 (03/06/15), rahan (03/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 17:34 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LE MIRACLE DU 19 DANS LE CORAN
  
L'un des miracles mathématiques du Coran est la façon dont le chiffre 19 est codé de manière numérologique dans les versets. Ce chiffre est souligné dans le verset suivant du Coran "Ils sont dix-neuf à y veiller" (Coran, 74 : 30), et encodé aussi dans différents versets du livre. Ci-après une liste d'exemples : 
La formule consiste en 19 lettres. بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
Le Coran est composé de 114 sourates (19x6). 
La première sourate révélée est le numéro 96 ; elle occupe le rang 19 à partir de la fin. 
Les premiers versets révélés sont les cinq premiers de la sourate 96 et le nombre total de lettres contenus dans ces versets est de 19.  
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ 
اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ (1) خَلَقَ الْإِنْسَانَ مِنْ عَلَقٍ (2) اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ (3) الَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ (4) عَلَّمَ الْإِنْسَانَ مَا لَمْ يَعْلَمْ (5) كَلَّا إِنَّ الْإِنْسَانَ لَيَطْغَى (6) أَنْ رَآَهُ اسْتَغْنَى (7) إِنَّ إِلَى رَبِّكَ الرُّجْعَى (8) أَرَأَيْتَ الَّذِي يَنْهَى (9) عَبْدًا إِذَا صَلَّى (10) أَرَأَيْتَ إِنْ كَانَ عَلَى الْهُدَى (11) أَوْ أَمَرَ بِالتَّقْوَى (12) أَرَأَيْتَ إِنْ كَذَّبَ وَتَوَلَّى (13) أَلَمْ يَعْلَمْ بِأَنَّ اللَّهَ يَرَى (14) كَلَّا لَئِنْ لَمْ يَنْتَهِ لَنَسْفَعَنْ بِالنَّاصِيَةِ (15) نَاصِيَةٍ كَاذِبَةٍ خَاطِئَةٍ (16) فَلْيَدْعُ نَادِيَهُ (17) سَنَدْعُ الزَّبَانِيَةَ (18) كَلَّا لَا تُطِعْهُ وَاسْجُدْ وَاقْتَرِبْ (19)  
Comme nous venons de le voir, les cinq premiers versets sont composés de 19 mots.  
La première sourate révélée, la sourate al-'Alaq, est composée de 19 versets et de 285 (19x5) lettres. 
سورة النصر  
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ 
إِذَا جَاءَ نَصْرُ اللَّهِ وَالْفَتْحُ (1) وَرَأَيْتَ النَّاسَ يَدْخُلُونَ فِي دِينِ اللَّهِ أَفْوَاجًا (2) فَسَبِّحْ بِحَمْدِ رَبِّكَ وَاسْتَغْفِرْهُ إِنَّهُ كَانَ تَوَّابًا (3) 
La sourate an-Nasr, la dernière sourate révélée comprend 19 mots. 
De plus, le premier verset de la sourate an-Nasr, qui parle de l'aide qui viendra de Dieu, contient 19 lettres. 
Le Coran contient 114 formules (Bismillah), c'est-à-dire 19 x 6. 
 Sur les 114 sourates du Coran, seules 113 sourates commencent avec cette formule (Bismillah). La seule ne débutant pas avec la formule est la sourate at-Tawba. De plus, la sourate an-Naml est la seule sourate à contenir deux fois la formule. La première se situe au début et la seconde au verset 30. A partir de la sourate at-Tawba, qui ne commence pas avec la formule, la sourate an-Naml se trouve à 19 sourates plus loin. 
Il y a une formule au début de la 27ème sourate, à savoir la sourate an-Naml, ainsi qu'au niveau du verset 30. Il existe donc deux formules dans cette sourate. Et c'est la formule située au niveau du 30ème verset qui complète la liste des 114 formules contenues dans le Coran. Lorsque nous additionnons le numéro du verset et celui de la sourate, c'est-à-dire 30 et 27, nous obtenons un total de 57 (19 x 3). 
Le nombre total de sourates depuis la sourate at-Tawba (9) jusqu'à la sourate an-Naml (27) est de 342 (9 + 10 + 11 +12 +13 +14 +15 +16 + 17 + 18 + 19 + 20 + 21 + 22 + 23 + 24 + 25 + 26 + 27). Ce chiffre correspond à 19 multipliés par 18. 
 La somme du nombre de fois où le nom "Dieu" apparaît dans tous les versets dont les chiffres sont multiples de 19 (par ex, versets 19, 38, 57, 76, etc.) est de 133, ou 19 x 7. 
 La valeur abjad du mot wahd, signifiant "un(e)" est de 19. Ce mot est utilisé avec différents autres mots dans le Coran, par exemple une porte, une variété de nourriture. Il est utilisé 19 fois avec le nom "Dieu".
Le total des sourates et du nombre de versets où le mot wahd apparaît 19 fois est de 361 : (19 x 19) 
 Le nombre de versets entre les premières lettres initiales (Alif, Lam, Mim ; sourate al-Baqarah verset 1) et les dernières lettres initiales (Noun ; sourate al-Qalam, verset 1) est de 5.263 (soit 19 x 277). 
 38 (19x2) sourates sans lettres initiales sont situées entre la première sourate ayant des lettres initiales et la dernière sourate qui en a également. 
 Le mot Rahman (Tout-Miséricordieux) apparaît 57 fois (19x3) dans le Coran. 
30 chiffres différents sont mentionnés dans le Coran.
Le total de ces chiffres (là encore sans prendre en compte les répétitions) est de 162.146. C'est 19 x 8.534 : 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 + 10 + 11 + 12 + 19 +20 + 30 + 40 + 50 + 60 + 70 + 80 + 99 + 100 + 200 + 300 + 1000 + 2.000 + 3.000 + 5.000 + 50.000 + 100.000 = 162.146 (19 x 8.534). 
 En plus de ces 30 chiffres, le Coran fait référence à huit fractions : 1/10, 1/8, 1/6, 1/5, 1/4, 1/3, 1/2 et 2/3. Ainsi le Coran contient un total de 38 (19 x 2) nombres différents. 
 La sourate qui possède, si l'on considère depuis le début, 19 versets est la sourate al-Infitar. Une autre caractéristique de cette sourate est qu'elle se termine par "Dieu". C'est en même temps la 19ème apparition du nom "Dieu" à partir de la fin. 
 La 50ème sourate commençant avec la lettre "Qaf", contient un total de 57 (19 x 3) lettres "Qaf". De même, 57 lettres "Qaf" existent dans la 42ème sourate laquelle commence avec la lettre "Qaf". La 50ème sourate contient un total de 45 versets. Additionnés, ils totalisent 95 (19 x 5). Il existe 53 versets dans la 42ème sourate. Ceux-là totalisent encore une fois 95 (42 + 53). 
La valeur abjad du mot Majid, utilisé pour parler du Coran, dans le premier verset de la sourate Qaf est de 57 (19 x 3). Comme nous l'avons dit plus haut, le nombre total de lettres "Qaf" est égal à 57. 
 Lorsque nous additionnons le nombre de fois où la lettre "Qaf" apparaît dans le Coran, nous atteignons un total de 798 (19 x 42). 42 est le numéro d'une autre sourate dont la lettre "Qaf" fait partie des premières lettres. 
 La lettre "Noun" apparaît seulement au début de la 68ème sourate. Le nombre de fois où elle apparaît dans la sourate est 133 (19 x 7). 
 Lorsqu'on additionne ensemble le nombre de versets (en y incluant la formule) dans les sourates, dont le nombre est un multiple de 19, le résultat est remarquable : 
Les lettres "Ya" et "Sin" apparaissent au début de la sourate Ya Sin. La lettre "Sin" y apparaît 48 fois et la lettre "Ya" 237 fois. Le total d'occurrences est de 285 (19 x 15). 
 Seule une sourate, la septième, commence avec les initiales ""Alif, Lam, Mim, Sad". La lettre "Alif" apparaît dans la sourate 2.529 fois, la lettre "Lam" 1.530 fois, la lettre "Mim" 1.164 fois et la lettre "Sad" 97 fois. Ces quatre lettres apparaissent donc au total 2.529 + 1.530 + 1.164 + 97 fois, c'est-à-dire 5.320 (19 x 280) fois. 
 Les lettres "Alif, Lam et Mim" sont les lettres les plus fréquemment utilisées en arabe. Elles apparaissent ensemble au début des six sourates suivantes : 2, 3, 29, 31 et 32. Le nombre de fois où ces trois lettres apparaissent dans chacune de ces six sourates est un multiple de 19. Dans l'ordre : 9.899 (19 x 521), 5.662 (19 x 298), 1.672 (19 x 88), 1.254 (19 x 66) et 817 (19 x 43). Le nombre total de fois où ces trois lettres apparaissent dans les six sourates est de 19.874 (19 x 1.046). 
 Les lettres initiales "Alif, Lam et Ra" apparaissent dans les sourates 10, 11, 12, 14 et 15. Le nombre total de fois où ces lettres apparaissent dans ces sourates est de 2.489 (19 x 131), 2.489 (19 x 131), 2.375 (19 x 125), 1.197 (19 x 63) et 912 (19 x 48). 
 La fréquence à laquelle les lettres initiales "Alif, Lam, Mim et Ra" apparaissent est de 1.482 fois (19 x 78). La lettre "Alif" apparaît 605 fois, "Lam" 480 fois, "Mim" 260 fois et "Ra" 137 fois. 
Les lettres "Qaf, Ha, Ya, 'Ayn et Sad" apparaissent dans une seule sourate, la 19ème. La lettre "Qaf" apparaît 137 fois dans cette sourate, "Ha" 175 fois, "Ya" 343 fois, "'Ayn" 117 fois et "Sad" 26 fois. Le nombre total d'occurrences de ces lettres est 137 + 175 + 343 + 117 + 26 = 798 (19 x 42). 
 D'autres découvertes sur ce sujet : 
Dans tout le Coran, 
- Le mot ati' (obéis !) apparaît 19 fois. 
- Les mots 'abd (serviteur), 'abid (une personne qui sert), et aboudou (adorer) apparaissent un total de 152 fois (19 x 8). 
 Les valeurs numériques abjad de certains des attributs de Dieu donnés ci-dessous sont aussi des multiples de 19 : 
- Al Wahid (L'Unique) 19 (19 x 1). 
- Al Jami' (Le Rassembleur) 114 (19X6) 

 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
capricorne (03/06/15), ops4 (03/06/15), mostafa (03/06/15), rahan (03/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 17:39 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LES PROBLÈMES QUI AFFECTÈRENT PHARAON ET SON ENTOURAGE


Pharaon et ses proches étaient si dévoués à leur système polythéiste et à leurs croyances païennes que pas même le message du Prophète Moïse (psl), doté de sagesse et de miracles spectaculaires, ne parvinrent à adoucir leurs cœurs ni à les détourner de leurs superstitions sans fondements. Ils déclarèrent aussi ouvertement ce fait : 
Et ils dirent : "Quel que soit le miracle que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne croirons pas en toi." (Coran, 7 : 132) 
A cause de leur attitude hautaine, Dieu leur envoya des afflictions, décrites comme étant "des signes explicites" dans un verset, afin de les punir de leur arrogance (Coran, 7 : 133). La première de ces plaies fut la sécheresse. Cela eut pour résultat une baisse de la production agricole. Le verset qui fait référence à cela déclare : 
Nous avons éprouvé les gens de Pharaon par des années de disette et par une diminution des fruits afin qu'ils se rappellent. (Coran, 7 : 130) 
Les systèmes agricoles égyptiens dépendaient du Nil et généralement les changements dans les conditions naturelles ne les affectaient pas. Cependant, Pharaon et ses proches souffraient énormément à cause de leur orgueil et de leur refus de reconnaître le Messager de Dieu. Et au lieu de "s'en soucier" ils considérèrent ces évènements comme une malchance provoquée par le Prophète Moïse (psl) et les tribus d'Israël. A la suite de cela, Dieu envoya une série de malheurs dont le Coran nous parle dans le verset suivant : 
Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites, Mais ils s'enflèrent d'orgueil et demeurèrent un peuple criminel. (Coran, 7 : 133) 
Les détails relatifs aux désastres qui frappèrent le peuple d'Egypte et inscrits dans le papyrus sont exactement tels que décrits dans le Coran. Le Coran mentionne toutes ces catastrophes. Le récit islamique sur cette période de l'histoire humaine a été confirmé par la découverte faite en Egypte, au début du 19ème siècle, des papyrus Ipuwer qui datent du Moyen Empire. Après sa découverte, le papyrus a été envoyé au Leiden Museum en Hollande en 1909 et traduit par A. H. Gardiner, un grand spécialiste de l'Egypte ancienne. Dans ce papyrus étaient décrits les différents désastres vécus par l'Egypte, tels que la famine, la sécheresse et la fuite des esclaves d'Egypte. De plus, il apparaît que celui qui avait écrit ce papyrus, un certain Ipuwer, avait été témoin de tous ces évènements. C'est ainsi que le papyrus d'Ipuwer raconte les catastrophes décrites par le Coran: 
La terre est couverte de plaies. Il y a du sang partout.219 
La rivière est en sang.220 
En vérité tout ce qui hier encore était visible a péri. La terre est aussi dénudée qu'après la coupe du lin.221 
La Basse Egypte pleure… Tout le palais est sans ses revenus… A lui appartiennent (de droit) le blé et l'orge, les oies et le poisson.222 
A vrai dire, le grain a péri de tous côtés.223 
La terre - dans toute son étendue n'était que confusion et bruit terrifiant… Nul ne quitta le palais pendant neuf jours et personne ne pouvait voir le visage de son voisin… Les villes furent détruites par d'énormes vagues… la Haute Egypte souffrit de la dévastation… Il y avait du sang partout… la pestilence à travers tout le pays… Personne ne navigue plus vraiment vers Byblos aujourd'hui. Que devons nous faire pour le cèdre de nos momies ?... Nous manquons d'or…224 
Les hommes se refusaient à goûter les êtres humains, et avaient soif d'eau.225 
Voilà notre eau ! Voilà notre bonheur ! Qu'allons-nous faire ? Tout est en ruine !226 
Les villes sont détruites. La Haute Egypte est asséchée.227 
La résidence s'est retournée d'un coup.228 
La chaîne de catastrophes qui frappèrent l'Egypte, selon ce document, est en parfaite conformité avec les récits coraniques de ces faits.229 Ce papyrus, qui relate de manière très similaire les catastrophes qui frappèrent l'Egypte à l'époque de Pharaon, prouve encore une fois que le Coran est d'origine divine. 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
capricorne (03/06/15), ops4 (03/06/15), rahan (03/06/15), alibel (04/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mer 3 Juin - 17:51 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

Les forces aérodynamiques et le vol programmé chez les oiseaux 

 
N'ont-ils pas vu les oiseaux assujettis [au vol] dans l'atmosphère du ciel sans que rien ne les retienne en dehors d’Allah ? Il y a vraiment là des preuves pour des gens qui croient. (Sourate an-Nahl, 79) 
En raison de la  force gravitationnelle, tous les corps laissés dans l’air finissent par tomber selon une vitesse variable (d’une manière vite ou lente). Tout, vivant ou non, est soumis à la gravité. En revanche par un miracle d’Allah, les oiseaux sont capables de résister à cette force et de voler vers le haut ou vers le bas. Ils sont capables de faire des manœuvres et parfois ils replient même leurs ailes et se laissent flotter dans le ciel. Tout ce qui caractérise les oiseaux : les plumes, leur arrangement en ailes, leurs poumons sont conçus de sorte à pouvoir voler. L’oisillon totalement inconscient de l’action de voler et des lois de l’aérodynamique est apte à voler de façon innée. Il s’élance dans le ciel comme s’il savait que son corps fut créé pour voler. L’oiseau sait que sa structure lui permet de voler, trouve le courage de se lancer dans les airs et parvient à voler grâce à l’inspiration divine. 
Le mot arabe youmsikouhounna traduit par “retenir” dans le verset 79 de la sourate an-Nahl signifie “ne pas laisser aller, prendre, attraper, tenir”. Le mot est au temps présent du verbe amsaka (attraper avec la main, tenir, tirer”). Par l’emploi de ce terme, notre Seigneur Tout-Puissant révèle qu’Il retient l’oiseau dans le ciel et qu’il vole par Son injonction. Le vol des oiseaux fait encore l’objet de vastes recherches scientifiques. A partir de l’observation du vol parfait de l’oiseau, les scientifiques s’inspirèrent du corps aviaire et de sa manière de voler pour fabriquer des avions et des jets. 
Le 79ème verset de la sourate an-Nahl indique peut-être que le vol des oiseaux suit les lois aérodynamiques créées par Allah. (Allah est le plus Savant.) L’aérodynamique étudie le comportement des corps solides dans un environnement fluide tel que l’air. Quand un avion vole dans les airs, par exemple, diverses forces interviennent dans le mouvement. Afin de s’assurer du bon fonctionnement de l’avion, ce dernier est testé contre la résistance présentée par l’air. Son mouvement est planifié par une longue série de calculs, de mesures et d’expériences. 
La manière dont le vol des oiseaux concorde parfaitement avec les principes de l’aérodynamique continue à étonner les scientifiques. Sans aucun tâtonnement, les oiseaux se jouent parfaitement des lois de l’aérodynamique. L’usage du mot mousakhkharatin(assujetti) dans le verset traduit toute la sagesse de la mécanique de l’oiseau, car il suggère que les oiseaux ont été "incités à une fin spécifique, soumis à faire une chose, assujettis ou inclinés, qu'ils se sont soumis à Allah et à Ses lois. Aussi le verset suggère-t-il peut-être l’influence de l’aérodynamique sur le vol de l’oiseau. (Allah est le plus Savant.) 
A première vue, le vol semble facile. Or l’aérodynamique démontre que tout objet volant est soumis à plusieurs forces, les plus connues étant : la gravité, la propulsion, la force de traînée et de portance. Afin que le vol puisse s’effectuer, il faut un équilibre de ces forces. Si la gravité est plus forte que les autres forces, l’oiseau tombe à terre. Le mot utilisé dans le verset décrit de façon idéale la soumission des oiseaux à ces forces. Ces expressions révélées dans le Coran à une époque où ni l’aérodynamique, ni la mécanique n’existaient soulignent l’origine divine de ce texte. 

 
La partie extérieure des ailes de l’oiseau est courbée, l’intérieure est plate. Cette forme produit une pression inférieure au-dessus par rapport au bas. Cette différence de pression de l’air créé une force de portance permettant à l’oiseau de s’élever dans les airs en battant ses ailes vers le haut. Le déplacement rapide de l’air autour des ailes de l’oiseau produit la force de portance. 
1.     L’oiseau courbe ses ailes afin d’accentuer la portance. Le flux d’air sur les ailes est ainsi accéléré. 
2.     S’il incline ses ailes vers le haut à un angle très large, l’air ne peut pas facilement lisser sur l’extérieur des ailes : l’oiseau perd de la vitesse et cale. 

 
Inspirés par Allah, les oiseaux appliquent ces principes aérodynamiques pour voler.2
En plus de la perfection aérodynamique dans le vol des oiseaux, les scientifiques s’intéressent également aux migrations qui poussent les oiseaux à couvrir plusieurs milliers de kilomètres. Les ornithologues concluent aujourd’hui que les oiseaux sont tout simplement programmés pour ces longs voyages. Il suffit de voir de jeunes oiseaux entreprendre ces périples longs et ardus sans expérience, ni guide pour aboutir à cette conclusion. Le terme arabe mousakhkharatin dans le verset cité signifie “être incité vers une cible spécifique, être sous les ordres, être placé sous la soumission” et sous-entend donc que les oiseaux obéissent à des instructions quand ils suivent le chemin de la migration. Il est en effet impossible que des oiseaux dépourvus d’intelligence et de conscience puissent effectuer leurs propres calculs au cours de leur voyage. Les scientifiques s’accordent à dire que ces capacités extraordinaires sont préprogrammées, comme en témoigne un article dans la revue Science : 
Cela correspond à une bonne preuve du fait que les jeunes oiseaux sont équipés de programmes migratoires endogènes qui leur dit grosso modo combien de jours et/ou de nuits ils doivent voler et dans quelle direction.3 
Dans son ouvrage La Puissance et la Fragilité, le professeur Pierre Jean Hamburger de l’Université René Descartes décrit l’extraordinaire voyage de 24.000 kilomètres qu’effectue le puffin qui vit dans l’océan pacifique : 
Il prend son départ de la côte australienne, d’où il vole vers le Sud du Pacifique. Ensuite il se dirige vers le nord et vole le long de la cote japonaise jusqu’à atteindre la Mer de Bering où il se repose quelques temps. Après cette pause, il se remet en route cette fois-ci vers le sud. Traversant la cote occidentale de l’Amérique, il arrive en Californie. Il traverse ensuite le Pacifique pour retourner à son point de départ. L’itinéraire et le timing de ce périple en forme de 8 de 24.000 kilomètres ne changent jamais d’année en année. Le voyage en question dure au total six mois, arrivant invariablement à son terme à la troisième semaine de septembre sur l’île qu’il a quittée six mois auparavant, à son nid laissé six mois plus tôt. Ce qui se produit ensuite est encore plus étonnant : à leur retour, les oiseaux nettoient leur nid, s’accouplent et pondent un seul œuf au cours des dix derniers jours d’octobre. Les œufs éclosent deux mois plus tard, grandissent très vite et sont pris en charge pendant plus de trois mois jusqu’à ce que leurs parents entreprennent à nouveau cet incroyable voyage. Deux semaines plus tard, vers la mi-avril, il est temps pour les jeunes oiseaux de se lancer dans le périple. Ils suivent exactement le même itinéraire que celui décrit précédemment, sans le moindre guide. L’explication est évidente : ces oiseaux doivent avoir hérité de l’itinéraire d’un tel voyage, au même titre que leurs autres caractéristiques. Certains peuvent prétendre que les oiseaux se guident avec le soleil et les étoiles ou qu’ils suivent les vents dominant sur leurs routes à l’aller et au retour. Mais il est clair que ces facteurs ne déterminent nullement la précision géographique et chronologique de cette migration.4 
Prof. Peter Berthold est un célèbre ornithologue qui étudie la migration des oiseaux depuis 20 ans et le président du Centre de Recherche Ornithologique de l’Institut Max Planck en Allemagne. Il dit ceci à propos de la migration des oiseaux : 
Chaque année, près de 50 milliards d’oiseaux entreprennent des voyages migratoires, couvrant un réseau de routes à travers le monde entier. Voyageant parfois des dizaines de milliers de kilomètres, traversant des continents et des océans, les oiseaux migratoires sont tellement bien adaptés à cette tâche qu’ils peuvent traverser les grands déserts, les plus vastes mers, les plus hautes montagnes et étendues de glace… Les oiseaux migratoires disposent de programmes spatio-temporels innés complets et détaillés pour mener à bien leur migration. Ces programmes permettent aux jeunes oiseaux inexpérimentés de migrer seuls, sans guide adulte, vers les quartiers d’hiver de l’espèce – ou population – où ils n’ont jamais mis les pieds avant. Comme cela est expliqué par la suite, ils migrent par la navigation selon un “vecteur” : le vecteur étant composé d’un itinéraire migratoire génétiquement prédéterminé et à un calendrier également prédéterminé génétiquement pour la migration… En outre, le moment du départ est programmé par des facteurs génétiques… Mais comment les oiseaux “savent-ils” dans quel sens migrer, afin d’atteindre leurs quartiers d’hiver spécifique ? Une fois encore, des données collectées pointent vers les mécanismes directs de contrôle génétique. Depuis longtemps, on suspecte en effet que ces itinéraires migratoires sont innés… Quand leur point de départ est déplacé et, de manière plus cruciale, quand ils sont testé dans des cages d’orientation, les oiseaux migratoires présentent des préférences directionnelles pratiquement identiques à celles en temps normal, même s’ils n’avaient jamais migré auparavant. Un certain nombre d’expériences a fourni des preuves de la détermination génétique de la direction de migration… Même ces changements directionnels sont de toute évidence programmés de manière endogène dans une grande mesure… En plus d’un schéma inné d’activité migratoire, les oiseaux sont dotés d’un calendrier de migration génétiquement déterminé. En combinaison avec les directions migratoires génétiquement déterminées, il guide même les individus inexpérimentés, migrant pour la première fois, “automatiquement” vers leurs quartiers d’hiver encore inconnus (la navigation en vecteur, où le vecteur est composé d’un timing et d’un itinéraire).5 

 
En conclusion, bien que les scientifiques soient incapables de l’expliquer complètement, ils s’accordent à dire que la migration est un comportement préprogrammé chez l’oiseau depuis sa naissance. Les voyages de milliers de kilomètres, les préparatifs pour ces vols et la capacité de l’oiseau à se localiser et à naviguer relèvent tous de la volonté de notre Seigneur, comme l’exprime le verset précédent. La précision des informations présentes dans le Coran est la preuve qu’elles sont la révélation d’Allah. 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
capricorne (03/06/15), zakariash (03/06/15), YANIS EL KANOUNI (03/06/15), ops4 (03/06/15), mostafa (03/06/15), rahan (03/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Jeu 4 Juin - 18:17 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

19: UN CHIFFRE EXTRAORDINAIRE 
Le chiffre 19 est le total des chiffres 9 et 10 à la puissance 1. La différence entre les chiffres 9 et 10 à la puissance 2 est encore une fois 19.
Le Soleil, la Lune et la Terre s'alignent sur la même position tous les 19 ans.255 
La comète de Halley passe à travers le Système Solaire une fois tous les 76 ans (19 x 4).256 
La place du chiffre 19 dans le triangle de Pascal
Le total des 19 premiers chiffres est un multiple de 19. 
Le total des 19 premiers nombres est un multiple de 19. 
Rapport entre le chiffre 19 et le triangle de Pascal au regard de la révélation séquentielle des versets coraniques : 
 La 96ème sourate, la première à avoir été révélée, est la 19èmeà partir de la fin. Elle consiste en 19 versets et contient un total de 285 lettres (19 x 5). Les cinq premiers versets de la révélation contiennent 76 lettres (19 x 4). 
 Les premiers versets de la 68ème sourate, la seconde à avoir été révélée, consiste en 38 mots (19 x 2). 
 La troisième révélation, la 73ème sourate, contient 57 mots (19 x 3). 
Ceci  [le Coran] n'est qu'un rappel à l'univers. Et certainement vous en aurez des nouvelles bientôt ! (Coran, 38:87-88) 
A Lui appartient la souveraineté des cieux et de la terre. II fait vivre et il fait mourir, et II est Omnipotent. (Coran, 57:2)

C'est Lui le Premier et le Dernier, L'Apparent et le Caché et II est Omniscient. (Coran, 57:3)
LES CALCULS NUMEROLOGIQUES DANS LE CORAN (ABJAD) 
Chaque lettre de l'alphabet arabe a une valeur numérique. En d'autres mots, en arabe chaque lettre correspond à un chiffre. Un certain nombre de calculs peut être fait en partant de ce postulat. On les appelle calculs (abjad) numérologiques ou hisaab al-joummal.253 Les musulmans ont tiré avantage de ce principe de correspondance entre lettre et chiffre pour l'appliquer dans des domaines variés. Ilm al-jafr est l'un de ces domaines. 
Jafr est une science consistant à prédire des événements futurs. L'une des méthodes utilisées par les personnes qui se sont engagées dans cette voie est de comparer les formes symboliques et les valeurs numérologiques des lettres. La principale différence entre "abjad" et "jafr" est que la première se réfère à ce qui a déjà eu lieu et la dernière à ce qui va probablement se passer dans le futur.254
Cette méthode de calcul est une forme d'écriture usitée depuis des siècles et qui était largement répandue avant la révélation du Coran. Tout ce qui se passait dans l'histoire des Arabes était écrit en attribuant des valeurs numériques aux lettres, mémorisant ainsi le moindre événement. Ces dates étaient obtenues en additionnant la valeur numérique particulière de chaque lettre. 
Lorsque certains versets du Coran sont examinés à la lumière de la méthode "abjad", nous réalisons que certaines dates émergent en conformité avec la signification de ces versets. Lorsque nous constatons que les événements auxquels se réfèrent ces versets se sont effectivement produits aux dates obtenues par cette méthode, nous comprenons que c'est une indication secrète au sujet de ces évènements contenus dans ces versets. (Dieu sait mieux) 
 L'atterrissage sur la Lune en 1969 est indiqué dans le Coran.
L'Heure est proche et la Lune s'est fendue. (Coran, 54 : 1) 
Le mot arabe inchaqqa (se fendre) utilisé dans le verset ci-dessus, dérive du verbe chaqqa signifiant également "pousser, labourer ou creuser la terre" : 
C'est Nous qui versons l'eau abondante, puis Nous fendons la terre par fissures, et y faisons pousser grains, vignobles et légumes, oliviers et palmiers, jardins touffus, fruits et herbages. (Coran, 80 : 25-31) 
Comme nous pouvons le voir, le mot chaqqa du verset ci-dessus n'est pas utilisé dans le sens de "diviser en deux" mais plutôt dans celui de "fendre le sol, récolter divers produits agricoles". Pris dans ce sens, le mot chaqqa extrait du verset "la Lune s'est fendue" (Coran, 54 : 1) pourrait également renvoyer à l' "atterrissage" sur la Lune (alunissage) de 1969 et aux études accomplies sur le sol lunaire. (Dieu sait mieux) En réalité, une autre indication très importante y figure : certaines des valeurs abjad de quelques mots contenus dans ce verset pointent vers le chiffre 1969. 
Un point important dans cette méthode de calcul doit être souligné. Il s'agit de la possibilité de produire un grand nombre de chiffres ou bien des chiffres sans rapport avec le sujet. Malgré la faible probabilité qu'un chiffre approprié en ressort, il reste frappant que ce chiffre improbable en résulte. 
L'Heure (est proche) et la Lune s'est fendue. (Coran, 54 : 1) 
Sans inclure les mots "est proche" dans le comptage, le résultat est comme suit : 
Calendrier hijri : 1390 (Calendrier grégorien : 1969) 
En 1969, les astronautes américains ont effectué des recherches sur la Lune, ont creusé et fendu le sol avec différents outils, et rapportèrent des spécimens de roches lunaires. 
Toutefois, nous devons préciser que le fendage de la Lune constitue, bien entendu, l'un des miracles offert par Dieu à notre Prophète (pbsl). Ce miracle est ainsi révélé dans un hadith : 
Les habitants de la Mecque demandèrent au Messager de Dieu (pbsl) de leur montrer un miracle. Alors il leur montra la Lune fendue en deux parties au milieu desquelles ils aperçurent la montagne de Hiram. (Sahih Boukhari) 
Le miracle ci-dessus mentionné est celui du fendage de la Lune révélée dans le verset. Par ailleurs, étant donné que ce livre s'adresse à toutes les époques, on peut penser qu'il se réfère aussi à l'exploration de la Lune faite à notre propre époque. (Dieu sait mieux) 
L’HEMOGLOBINE ET LE FER
Quand le Coran fut révélé, personne ne soupçonnait l’existence de la molécule d’hémoglobine. L’hémoglobine transporte l’oxygène et le dioxyde de carbone dans le sang à travers le corps. C’est à elle qu’on doit la couleur pourpre du sang. Elle ne fut découverte qu’au 19ème siècle. 
L’hémoglobine se forme grâce au fer (Fe) dans notre corps. Elle est essentielle au fonctionnement des fonctions vitales du corps. Le fer présent dans l’hémoglobine  se fixe à l’oxygène et transporte ainsi l’oxygène dans le sang. C’est pourquoi la molécule d’hémoglobine peut être prise en compte conjointement avec le fer. 
Dans le verset 25 de la sourate al-Fath, les lettres composant les mots Fe (fer) et hémoglobine apparaissent miraculeusement ensemble. Il faut souligner en outre que la succession de lettres du mot “hémoglobine” n’apparaît dans aucun autre verset. Cette circonstance exceptionnelle prouve en l’occurrence la création d’Allah Tout-Puissant, Seigneur du passé et du futur, Lui Qui n’est pas soumis au temps. 
* Le mot “hémoglobine” s’écrit pratiquement de la même manière que ce soit en turc, en arabe, en anglais ou en d’autres langues. Les lettres composant le mot “hémoglobine” se succède de gauche à droite.
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
Admin (04/06/15), ops4 (04/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Jeu 4 Juin - 18:21 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LE MOT "PHARAON" DANS LE CORAN 
Dans l'Ancien Testament, le dirigeant égyptien à l'époque du Prophète Abraham (psl) et du Prophète Joseph (psl) est appelé "Pharaon". Cependant, ce titre était en réalité usité après les époques de ces deux prophètes. 
En parlant du dirigeant égyptien qui vivait à l'époque du Prophète Joseph (psl), c'est le mot arabe al-Malik qui est utilisé dans le Coran : il se réfère au dirigeant, au roi ou au sultan. 
Et le roi dit : "Amenez-le moi". (Coran, 12 : 50) 
Le gouverneur à l'époque du Prophète Moïse (psl), d'autre part, est appelé "Pharaon". Cette distinction que l'on trouve dans le Coran est absente de l'Ancien et du Nouveau Testaments, et les historiens juifs ne la font pas non plus. Dans la Bible, le mot "Pharaon" est utilisé systématiquement pour faire référence au monarque égyptien. Par contre, le Coran est beaucoup plus précis et concis dans la terminologie qu'il emploie. 
Dans l'histoire de l'Egypte, l'utilisation du mot "Pharaon" date seulement de la dernière période. Ce titre n'a commencé à être utilisé qu'au 14ème siècle av. JC, pendant le règne d'Amenhotep IV (Akhenaton). Le Prophète Joseph (psl) vécut au moins 200 ans avant cette époque.230 
L'Encyclopédie Britannica définit le mot "Pharaon" comme un titre de respect utilisé à l'époque du Nouvel Empire (période qui commence avec la 18èmedynastie, 1539-1292 av. JC) et ce jusqu'à la 22ème dynastie (945-730 av. JC). Après cela, ce titre devint celui du monarque. Les autres informations sur ce sujet viennent de l'Academic American Encyclopaedia, qui déclare que le titre de Pharaon n'a commencé à être utilisé qu'à l'époque du Nouvel Empire. 
Comme nous l'avons vu, l'utilisation du mot "Pharaon" date d'une période spécifique de l'histoire. Dès lors, la distinction faite par le Coran quant aux titres égyptiens des différentes époques est une autre preuve que le Coran est la parole de Dieu. 
  
LA CITE D'IRAM 
Au début des années 1990, furent publiés dans plusieurs journaux connus, des articles annonçant "la découverte de la cité arabe disparue", "la découverte de la cité arabe légendaire", "l'Atlantis des sables, Ubar". Ce qui rendit cette découverte encore plus curieuse est que cette cité est mentionnée également dans le Coran. Nombreux furent ceux, qui auparavant pensaient que le peuple de 'Ad évoqué dans le Coran était purement mythique et que leur cité ne serait jamais trouvée. Dès lors, ils ne purent dissimuler leur étonnement face à cette fabuleuse découverte. 
Le chercheur britannique Thomas a longuement parlé de ces tribus et a même déclaré avoir trouvé les traces d'une ancienne cité fondée par l'une d'elles.241 Il s'agissait de la cité connue des Bédouins sous le nom de "Ubar". Lors de l'un de ses voyages dans la région, les Bédouins du désert lui avaient montré d'anciennes pistes et avaient déclaré que ces pistes menaient vers la vieille cité d'Ubar. Thomas, qui était passionné par ce sujet, mourut avant d'avoir pu compléter ses investigations. 
Clapp se plongea dans les écrits de Thomas et crut en l'existence de la cité perdue évoquée dans l'ouvrage. Sans perdre de temps, il commença ses propres recherches, en essayant de poursuivre le travail entamé par Thomas. Clapp utilisa deux approches différentes pour prouver l'existence d'Ubar. Premièrement, il retrouva les pistes mentionnées par les Bédouins. Il s'adressa ensuite à la NASA afin d'obtenir les photos satellites de la région. Après beaucoup d'efforts, il parvint à convaincre les autorités locales de prendre des clichés de la zone tant souhaitée.242 
Clapp étudia après cela les anciens manuscrits et cartes de la bibliothèque Huntington en Californie. Son objectif était de trouver une carte de la région visée. Une courte recherche lui permit d'en découvrir une : il s'agissait d'une carte dessinée par le géographe égypto-grec Ptolémée au 2ème siècle (de l'ère chrétienne). Cette carte révélait l'emplacement d'une ancienne cité trouvée dans la région ainsi que les pistes qui y menaient. 
Entre-temps, sa recherche fit un bond en avant lorsqu'il reçut la nouvelle que la NASA avait procédé aux prises de photos souhaitées. Ces photos montraient l'existence de pistes caravanières difficilement décelables à l'œil nu depuis le sol, mais clairement identifiables depuis le ciel. En comparant les clichés avec la carte de Ptolémée, Clapp parvint très vite à la conclusion suivante : les pistes des deux documents coïncidaient, et elles aboutissaient sur un vaste site ayant toute l'apparence de l'emplacement d'une cité. 
Finalement, grâce au travail de Clapp et à celui de Thomas avant lui, ainsi qu'à l'aide fournie par les chercheurs de la NASA, l'emplacement de cette cité légendaire, qui avait fait l'objet de récits oraux par les Bédouins, fut découvert. Peu de temps après, commencèrent les fouilles et des vestiges enfouis sous les sables furent mis au jour. C'est pourquoi cette cité perdue fut surnommée "l'Atlantis des sables, Ubar". 
Cependant, quels éléments permettaient de démontrer que cette ancienne cité était bien celle où avait vécu le peuple de 'Ad évoqué dans le Coran ? 
Dès le début de cette recherche, on comprit que les restes de cette cité appartenaient au peuple de 'Ad. La concordance devint incontestable à partir du moment où, parmi les restes découverts, on mit au jour les vestiges de colonnes et tours d'Iram mentionnées de façon précise dans le Coran. L'un des responsables des fouilles, le Dr Juris Zarins, déclara qu'étant donné que les tours sont l'un des signes distinctifs d'Ubar et qu'Iram est mentionnée comme abritant des tours et des piliers, ces indices si particuliers suffisent à prouver que le site déterré n'est autre que celui d'Iram, la cité des 'Ad décrite dans le Coran. 
N'as-tu pas médité la façon dont ton Seigneur a traité Ad, [la tribu d'] Iram aux colonnes en hauteur, [qui était] telle que jamais il n'en fut créé de semblable dans le pays. (Coran, 89 : 6-8) 
Nous avons donc vu que les informations fournies par le Coran à propos des évènements du passé concordent parfaitement avec les informations de sources historiques, ce qui est une autre preuve que le Coran est bien la parole de Dieu.  
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
Admin (04/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Jeu 4 Juin - 18:24 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LE SOLEIL FINIRA PAR S’ETEINDRE 
Et le Soleil court vers un gîte qui lui est assigné ; telle est la détermination du Tout-Puissant, de l'Omniscient. (Sourate Ya-Sin, 38) 
Le Soleil émet de la chaleur depuis environ cinq milliards d’années grâce aux constantes réactions chimiques qui se produisent à sa surface. A un moment déterminé par Allah, ces réactions s’arrêteront et condamneront le Soleil à s’éteindre. Dans ce contexte, le verset cité plus haut semble être une référence au jour où le Soleil cessera de briller. (Allah est le plus Savant.) 
Le terme arabe moustaqarrin dans le verset se réfère à un endroit ou à un moment précis. Le mot tajrî traduit par “court, du verbe courir” comprend les sens de “se mouvoir, agir promptement, se déplacer, circuler”. Cela signifie donc que le Soleil continuera sa course dans le temps et dans l’espace, jusqu’à un moment spécifique, prédéterminé. Le verset “Quand le Soleil sera obscurci (Sourate at-Takwir, 1) décrit le Jour du Jugement, dont la date n’est connue que d’Allah. 
Le terme arabe taqdîrou traduit par “détermination” dans le verset couvre plusieurs sens tels que “nommer, déterminer le destin, mesurer”. Le verset 38 de la sourate Ya-Sin nous informe que la durée de vie du Soleil est limitée, comme en a décidé Allah. D’autres versets du Coran le stipulent : 
Allah est Celui Qui a élevé les cieux sans piliers visibles. Il S'est établi [istawa] sur le Trône et a soumis le Soleil et la Lune, chacun poursuivant sa course vers un terme fixé. Il règle l'Ordre et expose en détail les signes afin que vous ayez la certitude de la rencontre de votre Seigneur. (Sourate ar-Raad, 2) 
Il fait que la nuit pénètre le jour et que le jour pénètre la nuit. Et Il a soumis le Soleil à la Lune. Chacun d'eux s'achemine vers un terme fixé. Tel est Allah, votre Seigneur : à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte.(Sourate Fatir, 13) 
Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit, et Il a assujetti le Soleil et la Lune à poursuivre chacun sa course pour un terme fixé. C'est bien Lui le Puissant, le Grand Pardonneur ! (Sourate az-Zumar, 5) 
L’utilisation du mot mousamman dans les versets précédents montre que le Soleil a une durée de vie spécifique. Les analyses scientifiques consacrées à la mort du Soleil ont permis de comprendre qu’à chaque seconde quatre millions de tonnes de matière étaient convertis en énergie et que le Soleil finira par s’éteindre une fois que toute la matière sera consumée.1 La chaleur et la lumière émises par le Soleil correspondent à l’énergie dégagée à mesure que la matière se consume : les noyaux d’hydrogène se transforment en hélium par un processus de fusion nucléaire. L’énergie du Soleil et par conséquent sa vie même s’éteindront quand tout le combustible aura été épuisé. (Allah est certes le plus savant.)  Un article intitulé “La mort du Soleil” par le service Sciences de BBC News contient le passage suivant : 
… Le Soleil meurt progressivement. Tel le noyau d’une étoile qui s’écrase sur soi, il devient finalement assez chaud pour enflammer un autre de ses atomes composants : l’hélium. Les atomes d’hélium fusionnent pour former du carbone. Quand l’hélium s’épuise, le centre s’effondre encore et l’atmosphère se dilate. Le Soleil n’est pas d’envergure suffisante pour complètement enflammer à nouveau son noyau une troisième fois. Donc il continue à se dilater, évacuant dans son atmosphère une série d’explosions… Le noyau en extinction forme une étoile naine blanche – un diamant sphérique de la taille de la Terre, composé de carbone et d’oxygène. A partir de ce point, le Soleil commencera à produire une lumière de plus en plus terne jusqu’à s’éteindre complètement.2 
Un documentaire également intitulé “La Mort du Soleil” diffusé par National Geographic TVdécrit : 
Il génère la chaleur et nourrit la vie sur notre planète. Mais comme les êtres humains, le Soleil a une durée de vie limitée. A mesure que notre étoile vieillit, sa température augmente et donc elle se dilate, évaporant tous nos océans et tuant toute forme de vie sur la planète Terre… Le Soleil deviendra de plus en plus chaud en vieillissant et consumera le combustible plus rapidement. Les températures augmenteront, éradiquant toute vie animale, évaporant nos océans et tuant toute la vie végétale… Le Soleil gonflera jusqu’à devenir une étoile rouge géante, avalant les planètes proches. Son attraction gravitationnelle se réduira et peut-être la Terre y échappera. A terme il rétrécira à l’échelle d’une étoile naine blanche, émettant un faible éclat… 3 
Les scientifiques n’ont démêlé que très récemment la structure du Soleil et ce qui s’y passe à l’intérieur. Avant cela, personne ne savait d’où le Soleil puisait son énergie ni comment il émettait de la chaleur et de la lumière.  Or le Coran, dans sa sublime science, révéla il y a 1400 ans que cette masse géante d’énergie consumera toute son énergie avant de s’éteindre. Ce savoir appartient à notre Seigneur, l’Omniscient. 
Un autre verset du Coran révèle : 
Mon Seigneur embrasse tout dans Sa science. Ne vous rappelez-vous donc pas ?(Sourate al-An’am, 80) 
Nous avons donc vu que les informations fournies par le Coran à propos des évènements du passé concordent parfaitement avec les informations de sources historiques, ce qui est une autre preuve que le Coran est bien la parole de Dieu. 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
Admin (04/06/15)
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Jeu 11 Juin - 09:54 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

L’origine du mot (Allah)

Le mot Allah Tout Puissant est d’origine arabe. Avant l’Islam, les arabes ont cru en Allah Le Tout Puissant, Le Haut  et L’Unique. Mais certains ont été égarés et ils avaient pris des idoles et des statues qu’ils vénéraient. 
L’existence d’Allah et ses attributs divins : 
Tout le monde est d'accord – que ce soit les croyants ou les athées – que l'interprétation  scientifique fondé est le seul moyen de prouver l’existence d’Allah et Ses attributs. Nul ne doute que pour chaque acte il y a un acteur et pour chaque chose il y a une cause. Aucune exception ne pourrait être faite à cela, rien ne vient du vide ou du néant et rien ne se concrétise sans raison et sans cause, et comme tout le monde le sait, les exemples qui appuient ce raisonnement sont inépuisables. L’univers entier avec tout ce qu’il comporte, vivant ou non vivant, mobile ou immobile, ont été découverts ultérieurement. Donc,  la science et la logique confirment qu’il ya bel et bien un Créateur à cet univers, soit qu’Il soit Allah le Créateur (celui qui conçoit et détermine), ou Al Moubdi’ (Celui qui produit sans modèle, Celui qui donne l’origine). Cela ne remet pas en question l’existence du Créateur. 
 La connaissance des caractéristiques du Créateur se fait par l’étude et la contemplation des missions qu'Il accompli et des créatures qu'Il engendre. Par exemple un livre souligne la science, l’expérience et la culture de son auteur ; il reflète aussi ses idées, ses pensées et son pouvoir de créer et d’analyser. Ainsi toutes les fabrications démontrent bien les qualités du fabricant. Si les gens adopteraient cette logique scientifique en ce qui concerne l'univers et ce qu'il englobe comme créatures, ils y trouveront les caractéristiques du Créateur. La beauté des océans, l'équilibre de l'univers et son système de mobilité, tout ce que l'être humain a appris comme science de la nature, perfectionnisme des cellules qui sont détaillées avec sagesse tout cela démontre le pouvoir, le savoir et la sagesse du Créateur.    
 Soit que les gens s'intéressent à la notion et le but de l’existence, qu’ils se mettent d'accord sur le fait de l’existence du mal ou les défis de la vie soit qu'ils ne se mettent  pas d'accord, cela ne changera rien au fait que la logique scientifique confirme l’existence d’Al Khaliq, (Le Créateur, Le Determinant, Celui qui donne la mesure de toute chose), Al A’zim (l’Immense, le Magnifique, le Considérable),  Al A’lim (Le très-Savant, l’Omniscient), Al Hakim (L’Infiniment Sage) et dont les croyants s'entendent pour le nommer  ’Allah’ Le Tout-Puissant. 
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
KROUR (11/06/15), ops4 (12/06/15), raffajd (01/07/15)
Revenir en haut
ALKMA
Participants

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2015
Messages: 46
Localisation: Hassi Messaoud
Masculin
Point(s):: 13
Moyenne de points: 0,28

MessagePosté le: Jeu 11 Juin - 11:57 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

DEKKIR FA INNA DIKRA TENFA3 EL MOUMININ
 

Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 23:53 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LA SAGESSE DANS LA PROHIBITION DU SANG 
Certes, il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu’Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. (Sourate al-Baqara, 173) 
La raison pour laquelle Allah nous interdit la consommation du sang fut découverte au cours du 20ème siècle. En transportant les vitamines, les hormones, l’oxygène et les substances absorbées au cours de la digestion telles que les protéines, le sucre et la graisse vers les cellules, le sang rend la vie possible. Par lui aussi transitent les diverses toxines et déchets à éliminer du corps, comme par exemple l’urée, l’acide urique, la kératine et le dioxyde de carbone. 
Donc dans le cas de figure où des quantités importantes de sang seraient consommées, la quantité des déchets à éliminer dans le corps augmenterait considérablement. Les reins devraient traiter des quantités accrues d’urée et d’autres substances nocives. Cela peut nuire au fonctionnement du cerveau et se solder par un coma. De par sa nature, le sang contient toujours des éléments nocifs, même s’il provient d’un animal sain. S’il provient d’un animal malade, des parasites et des germes y transiteront. Les germes peuvent alors se multiplier et se propager dans le corps entier. Ce qui représente un réel danger. Si du sang est consommé, tous les germes et les déchets peuvent se propager dans le reste du corps et causer une insuffisance rénale ou un coma hépatique. La plupart des microbes transportés dans le sang peuvent provoquer des maladies en endommageant la paroi de l’estomac et des intestins. 
Le sang n’est pas un environnement stérile, dans la mesure où les germes s’y développent dans des conditions idéales.1 Les microbes y trouvent en effet de quoi se nourrir. En situation d’équilibre avec les fonctions des autres fluides dans le corps et le système immunitaire, le sang ne contribue pas aux micro-organismes et aux maladies. Chez un individu sain, ces micro-organismes vivent en se servant les uns des autres au sein du corps. Mais quand l’environnement est sérieusement défectueux, quand l’équilibre interne est rompu, ces micro-organismes peuvent donner lieu à des maladies s’ils trouvent le support approprié. 
Quand le pH du sang (l’équilibre acide alcalin) est déséquilibré en raison d’une nutrition pauvre ou de substances chimiques nocives, des microbes inoffensifs peuvent devenir nuisibles. Si le corps est sain, le pH du sang se situe autour de 7,3. Même une infime variation de ce taux peut ouvrir la porte à des micro-organismes nuisibles capables de s’adapter à leur environnement. Le sang stérile peut en quelques sortes être comparé à du lait qui tourne à température ambiante. Les microbes déjà présents dans le sang peuvent s’avérer nocifs en s’adaptant à leur nouveau contexte.2 
Le sang n’est pas adapté pour un usage culinaire. Le niveau de protéines digérables telles que l’albumine, la globuline et le fibrinogène est faible, environ 8 grammes au 100ml. De même pour les graisses. Le sang contient une grande quantité d’hémoglobine, une protéine complexe difficile à digérer et inacceptable pour l’estomac. Quand le sang se coagule, le fibrinogène se transforme en fibrine, formant ainsi une plaque contenant des érythrocytes (des globules rouges). La fibrine (et donc le sang) est l’une des protéines les plus difficiles à digérer. En conclusion, les experts de la santé s’accordent à dire que le sang, quelle que soit sa forme, n’est pas préconisé pour la consommation humaine. 
Après avoir annoncé : “Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d'une chute ou morte d'un coup de corne, et celle qu'une bête féroce a dévorée - sauf celle que vous égorgez avant qu'elle ne soit morte. (Vous sont interdits aussi la bête) qu'on a immolée sur les pierres dressées, ainsi que de procéder au partage par tirage au sort au moyen de flèches. Car cela est perversité… ”, Allah Tout Puissant poursuit ainsi : “… Si quelqu'un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché... alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.” (Sourate al-Ma-ida, 3) 
Les hommes de l’époque n’avaient pas conscience de la sagesse de ce verset. Mais ils étaient protégés par leur obéissance à la prohibition d’Allah. Ceux qui s’en remettent à Allah et se soumettent à Ses commandements vivront sous la protection d’Allah et de Sa compassion infinie, tout en ayant la promesse d’une vie agréable dans l’au-delà. 
Revenir en haut
Le Boa
anciens sages

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2014
Messages: 1 645
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s):: 698
Moyenne de points: 0,42

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 23:55 (2015)    Sujet du message: CORAN Répondre en citant

LA PROTECTION DU VENTRE DE LA MERE 
Ne vous avons-Nous pas créés d'une eau vile que Nous avons placée dans un reposoir sûr pour une durée connue ? Nous l'avons décrété ainsi et Nous décrétons de façon parfaite. (Sourate al-Mursalate, 20-23)

Nous avons certes créé l'homme d'un extrait d'argile, puis Nous en fîmes une goutte de sperme dans un reposoir solide. Ensuite, Nous avons fait du sperme une adhérence; et de l'adhérence Nous avons créé un embryon; puis, de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons revêtu les os de chair. Ensuite, Nous l'avons transformé en une tout autre création. Gloire à Dieu le Meilleur des créateurs ! (Sourate al-Muminun, 12-14)

Ces versets sur la création des êtres humains contiennent des informations fondamentales du domaine de l’embryologie. En qualifiant l’utérus de reposoir solide, une caractéristique importante a été localisée avant les percées de la science moderne. (Allah est certes le plus Savant.) Ce processus qui commence par le zygote issu de la fusion des cellules de l’œuf et du sperme et qui se poursuit jusqu’à la naissance d’un être humain complet, composé de billions de cellules fonctionnant en harmonie, se met en place dans l’utérus de la mère. Cet endroit permet à l’embryon d’achever ses neufs mois de développement et constitue certainement “un reposoir solide”. Le terme mekiynin traduit par “solide” signifie également “inébranlable, sain, fixe, puissant, sûr”. Le mot kararin signifie aussi “endroit, stabilité, permanence, établissement”. Ces mots décrivent de façon tout à fait appropriée le ventre de la mère. 

L’utérus de la mère isole le bébé des agents externes, de la lumière, du bruit, des chocs et des pressions. Situé dans la cavité pelvienne, l’utérus est protégé par des os épais et solides qui cernent l’endomètre à l’intérieur, permettant de supporter le poids de l’embryon jusqu’à la fin de la grossesse. Cette structure composée de puissants muscles est construite de sorte à permettre la croissance et le développement idéal du bébé. Au cours de la grossesse, les ligaments attachés aux os de la région s’épaississent et s’allongent, rendant ainsi l’utérus plus solide et plus stable.
L’embryon dispose également d’une source de chaleur, d’eau, d’oxygène et de nutriments tout au long de son développement. L’utérus de la mère subit de nombreux changements visant à le renforcer au cours de la grossesse. Avec tous les muscles, les ligaments et les tissus élastiques qu’il contient, le nombre de vaisseaux sanguins et de nerfs augmentent. L’utérus est ainsi capable de multiplier son poids par vingt et sa contenance par 1000 sans en souffrir.1 Les trompes de Fallope qui soutiennent l’utérus, les ovaires et les autres tissus de liaison se renforcent et deviennent plus élastiques.2 Les changements constants dans l’utérus se poursuivent même quand l’embryon est devenu un bébé sain bien plus gros qu’à son stade initial. Maintenant l’utérus se transforme de sorte à permettre l’expulsion sécurisée du bébé. Au cours de la grossesse, un autre miracle a lieu. Le bébé est protégé de toute menace interne. Quand un corps étranger pénètre dans le corps, comme au cours d’une greffe d’organe, le système de défense du receveur commence à réagir, ce qui peut avoir des conséquences fatales. 3 Or cela ne se produit jamais avec le fœtus. Le système immunitaire de la mère ne le considère pas comme un corps étranger. Il est tout à fait extraordinaire que le corps de la mère tolère les gènes étrangers venant du père, parce que le bébé est à 50% étranger. Marianne van den Heuvel, scientifique de l’Université de Guelph, qualifie se processus de “fascinant” et déclare : “Cela a toujours été une énigme de point de vue de l’immunologie parce que le fœtus est en réalité étranger. Il est en partie de la mère et en partie du père. Il devrait donc être rejeté par le corps.”4

Pourquoi le système de défense qui identifie et élimine les virus et les tumeurs en tant que corps étrangers ne déclare-t-il pas la guerre aux cellules du fœtus ? Par la volonté d’Allah le bébé est en sécurité dans l’utérus de la mère.

Les informations concernant l’embryologie fournies par le Coran concordent avec ce que la médecine moderne a réussi à identifier. Cela prouve clairement que le Coran est la révélation de notre Seigneur, le Créateur de tout l’univers. Le Coran indiquait déjà il y a plusieurs siècles que :

Et dans votre propre création, et dans ce qu'Il dissémine comme animaux, il y a des signes pour des gens qui croient avec certitude. (Sourate al-Jathiyya, 4)
Les membres suivants remercient Le Boa pour ce message :
raffajd (01/07/15)
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet    Répondre au sujet     Index du Forum ->
FORUM DES RETRAITES SONATRACH
-> Divers
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Top 10 Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com